::Riddikulus Hogwarts::


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un paradis sur terre

Aller en bas 
AuteurMessage
Yael Killith
Serdaigle ~ 5ème
Serdaigle ~ 5ème
avatar

Masculin
Nombre de messages : 169
Age : 30
Maison : ~Serdaigle~
Baguette Magique : 33cm, Bois d'if et corne de licorne
Pur // moldu // mêlé : Pur
Date d'inscription : 11/12/2007

°Infos Pratiques°
Rang: Quidditch - Attrapeur
Humeur: Sarcastique Sarcastique
Relations:

MessageSujet: Un paradis sur terre   Sam 22 Déc - 19:52

Pré au lard… Yael n’y avait encore jamais mis les pieds lors de ses 5 premières années à Poudlard. Il faut dire que le jeune garçon sortait très peu de l’établissement. Pendant les vacances scolaires, il ne quittait pas l’école et seul durant le break d’été, où tout le monde devait partir, l’on ne voyait plus sa petite bouille à Poudlard. Ce n’était pas vraiment qu’il reniait sa famille mais plutôt que depuis l’incident, il ne savait plus sur quel pied danser avec sa mère. Elle avait changée du tout au tout. Avant, c’était une femme souriante et agréable, chaleureuse et joviale mais maintenant, c’était une personne froide et replié sur elle-même qui n’ouvrait presque jamais la bouche sauf pour marmonner quelques mots incompréhensibles… Elle n’avait pas acceptée la mort de son mari et de son plus grand fils et ne s’était pas remise de ça. Souvent, lors qu’elle seule dans sa chambre, on l’entendait parler toute seule… Yael comprit rapidement qu’en fait, elle s’adresser au défunt père de Yael, croyant qu’il était toujours à ces côtés. Yael ne supportait pas de la voir dans cet état et de se sentir impuissant face à une telle situation et c’est la raison qui le poussait à rentrer le plus rarement chez lui…

Contrairement à ce qu’il imaginait, Pré au lard était magnifique. Les décorations de noël resplendissaient de beauté et pas un seul endroit n’était pas éclairé par une lumière joyeuse qui ne pouvait que vous faire sourire. Yael resta un bon moment à l’entrer du village, émerveillé et bouche bée devant un tel spectacle. Au départ, il ne voulait pas du tout venir, l’idée ne l’enchantait guère mais devant l’insistance de Veronica Estwood, une gryffondor de 6eme année qu’il connaissait depuis quelques années déjà, il n’eut pas la force de dire non une trentième fois consécutive et fini par céder à sa demande. Malgré le fait qu’il ronchonna et jura tout le long du cours voyage qui les mena ici, Yael ne regrettait en rien d’être venu, ne serait-ce que pour la vision qu’il avait en entrant à Pré au lard.

Le serdaigle eut une envie soudaine de courir partout, de retomber en enfance et d’user toute l’énergie qu’il avant dans le corps à sauter dans la neige et à se rouler par terre, à manger tous les bonbons qu’il pouvait jusqu'à s’en faire éclater l’estomac et de glisser sur la patinoire tant que ces pieds le tiendrait debout mais ce qui l’attira le plus fut la grande roue. Dans la nuit, les lumières de la grande étaient visibles à des kilomètres à la ronde. Chaque nacelle qui la composait était d’une couleur différente… Certaines vertes, d’autres bleus, roses ou encore jaunes. C’était un véritable feu d’artifice qui touchait le cœur et chacun et émerveillait la moindre petite âme qui passerait devant. Comment pouvait on rester insensible devant tel magie ? En tout cas, pour Yael, c’était totalement impossible.

D’un geste un peu brusque, il saisit la main de sa compagne et de l’autre, pointa du doigt la grande qui trônait à l’horizon…


"On va là bas !"

Sa voix, toute joyeuse, était similaire à celle d’un enfant qui découvrait un parc d’attraction. Il faut dire Yael n’était jamais aller dans ce genre d’endroit et pour lui, tout n’était que découverte. C’était sur, cette journée serait inoubliable… Il commença a courir vers l’endroit dont il rêvait depuis quelques minutes, tirant presque derrière la pauvre Veronica. La course fut rapide et courte mais pour Yael, elle lui sembla durer des heures. Durant le voyage, ils étaient passés devant la chaudron dont l’odeur des bièrraubeurre encore chaude parfumait notre environnement à l’approche de la taverne. Yael fut bien tenter de s’arrêter afin d’en goûter une, il n’en avais jamais pris, mais l’excitation de voir la grande roue de près le fit rapidement changer d’idée. Il aurait toute la soirée pour boire des bièrraubeurre et manger des confiseries et voilà bientôt 16ans qu’il attendait ça alors il n’était plus à quelques heures près…

Son but était enfin atteint… les deux jeunes compères étaient devant la grande roue et le visage de Yael rayonna de bonheur… Il n’arrivait pas à lâcher du regard les nacelles qui montaient et descendaient dans le ciel. Il voulait aller tout en haut de la grande et voir le visage tout entier de là bas. Soudainement, le jeune garçon se mit à faire des petits bonds d’excitation et il regarda Veronica droit dans les yeux en disant :


"On va dedans ? Hein ? Dis ? On va dedans ?"

Le comportement de Yael avait vraiment changé du tout au tout. Lui qui encore ce matin était grognon et muet avait laissé place à un garçon plein de joie de vivre. C’était rare de la voir ainsi mais il prenait beaucoup de plaisir à voir ce changement de caractère en lui et il avait envie de crier tout le bonheur qu’il avait d’être là ainsi que de couvrir son amie de remerciement d’avoir autant insister pour le faire venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heros-school.bbconcept.net/index.htm
Veronica Estwood
Gryffondor ~ 6ème
Gryffondor ~ 6ème
avatar

Féminin
Nombre de messages : 38
Age : 27
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois de pommier, 26 cm, poil de centaure.
Pur // moldu // mêlé : Mêlé
Date d'inscription : 14/12/2007

°Infos Pratiques°
Rang: Aucun
Humeur: Idiot Idiot
Relations:

MessageSujet: Re: Un paradis sur terre   Sam 22 Déc - 21:17

Elle avait vraiment insisté pour que Yael l’accompagne à Preaulard, c’était vraiment triste de le voir cloîtrer à l’intérieur de Poudlard lors de cette merveilleuse saison qui était l’hiver.
Le fait qu’ils soit amis était très étrange, ils ne se ressemblaient en aucuns points, elle était joyeuse, enjouée et plutôt bavarde alors que lui ne disait jamais rien, avait toujours l’air abattu, affligé et n’était que trop rarement partant pour une sortie. Elle s’habillait avec des vêtements colorés et inhabituels, lui s’accoutrait avec des habits classiques, dépourvus de toute originalité, mais pourtant elle ne pouvait s’empêcher de l’apprécier.
Ils avaient un point commun, une blessure intérieure qu’elle remarquait bien chez Yael bien qu’il ne lui ai jamais avoué. Elle était comme lui avant d’arriver à Poudlard, complètement asociale, elle avait abandonné tout espoir d’être un jour joyeuse et jugeait sans importance de sortir ou de faire quoi que ce soit que les autres trouvait intéressant.
Mais à Poudlard c’était différant, tout était ensorcelant, différant. Elle était loin de chez elle, personne ne la connaissait, elle pouvait commencer une nouvelle vie. Elle avait littéralement changé alors que l’amertume du Serdaigle semblait perpétuer depuis plusieurs années déjà.

Le village était merveilleux à cette époque, les petites boutiques couvertes de neige et la douce chaleur qu’elles dégageaient, les nombreuses animations lumineuses, les odeurs de bièreaubeurre, c’était une autre forme de magie et son ami devait voir ça au moins une fois dans sa scolarité.
Elle ne fut pas si surprise quand il commença à sauter et courir partout l’entraînant vers tout ce qu’il pouvait voir de ses yeux ébahis, tel un enfant qui tirait sa mère par la manche en découvrant quelque chose de nouveau. Ils couraient dans tout les sens et Yael semblait ne pas savoir par où commencer s’exclamant à chaque boutique de confiseries ou autres distractions. Elle, elle ne suivait ne voulant pas interrompre son incroyable élan, courant avec lui dans la neige éternellement blanche et froide du village et lui souriant a chacune de ses acclamations. C’était si rare de le voir ainsi, si il était heureux elle ne pouvait que l’être aussi.

Au bout de quelques minutes de courses effrénées il s’arrêta net, regardant la grande roue aux nacelles multicolores, ses yeux pétillaient maintenant, il savait ou il voulait se rendre et entraîna Véronica dans une nouveau sprint vers l’attraction qui était a l’horizon.
Arrivé devant, il se stoppa et dévora presque des yeux la roue qui semblait pour lui la huitième merveille du monde. Véronica complètement essoufflé mais lui semblait infatigable, il voulait y aller, pourquoi lui refuserait elle ce plaisir, elle faisait un tour de roue tout les ans depuis sa troisième année mais elle était émerveillé à chaque fois qu’elle voyait l’éblouissant paysage qui s’offrait aux passagers des nacelles.


- Ok, viens on va faire la queue.

Elle lui montrait la grande file d’attente à leur gauche, quelques élèves de Poudlard attendaient, la file ne semblait pas très longue, si ils se dépêchaient ils pourraient entrer dans une des nacelles au prochain tour, ce fût elle qui le tira par la bras ce coup là, elle l’entraînait vers la file qui semblait grandir de secondes en secondes.

-Grouilles, si on se dépêche on pourra passer sans trop attendre !

C’était tellement amusant de le voir si enjoué, elle voulait en profiter et lui faire découvrir le plus de choses possibles lors de cette journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael Killith
Serdaigle ~ 5ème
Serdaigle ~ 5ème
avatar

Masculin
Nombre de messages : 169
Age : 30
Maison : ~Serdaigle~
Baguette Magique : 33cm, Bois d'if et corne de licorne
Pur // moldu // mêlé : Pur
Date d'inscription : 11/12/2007

°Infos Pratiques°
Rang: Quidditch - Attrapeur
Humeur: Sarcastique Sarcastique
Relations:

MessageSujet: Re: Un paradis sur terre   Dim 23 Déc - 20:27

Yael était tout joyeux que son amie veuille également aller dans la grande roue et soit aussi entreprenante. Sincèrement, cette journée débutait à merveille, seulement la queue semblait si longue et les nacelles tellement loin… Yael qui n’était pas bien grand ne voyait pas le bout de la file, perdu au milieu d’une foule qui le dépassait largement de part leurs tailles… Il en venait presque à penser de tricher pour gagner quelques places dans la file d’attente mais son bel instinct naturel lui cria aussitôt de ne rien faire. Yael avait l’impression d’avancer d’un centimètre par heures. La queue ne bougeait pas pendant des longues minutes qui semblèrent des années et soudainement, elle avançait de quelques pas mais rien de bien concret. Le jeune Yael commençait presque à trépignait d’impatience. Il ne tenait pas en place, il n’arrêtait pas de sauter pour essayer de voir le bout de file, de se penser sur les côtés et de se retourner pour voir le chemin parcouru. Même s’il était encore tôt et que la fraîcheur du matin touchait toujours sa peau, il avait presque l’impression que la journée défilait à une vitesse incroyable et qu’elle serait terminée avant qu’il ait pu faire un tour de grande roue.

"C’est toujours aussi long ?"

Et oui, le jeune serdaigle était quelqu’un d’impatient, quand il voulait quelque chose, il lui fallait tout de suite, il ne connaissait pas les sens des mots attente et patience. De plus, il savait très bien que Veronica était venue de nombreuses fois ici, elle lui avait d’ailleurs conter en détails ces moindres faits et gestes durant cette journée, et donc, il voulait tirer partie de son expérience. Un pas de plus, puis un autre, et encore un… La marche était lente mais elle le mènerait à son but… La grande roue qui lui faisait tant envie… Plus il s’en approchait et plus elle semblait majestueuse, dominant le ciel, sa lumière éclaircissant les étoiles… Elle semblait tellement grande, tellement haute… Soudainement Yael se rappela d’une chose tellement importante et pourtant, qu’il avait oublié… Yael souffrait de vertige… Sur un balai, n’ayant aucun contact avec le sol, le jeune garçon pouvait enchaîner les loopings et les pirouettes sans sourciller mais là, en haut de la grande roue, à l’intérieur d’une nacelle suspendue dans le vide par un simple câble ce n’était pas la même histoire.

Sa joie de monter dedans disparue soudainement et c’est à ce moment qu’il se rendit compte que c’était à l’heure tour de monter. Perdu dans sa peur du vide, il n’avait pas remarquer que le file avait avancer d’un bond et maintenant, Yael et sa compère Veronica se trouvait désormais devant une magnifique nacelle bleu à coté de laquelle trônait un vieux monsieur barbu au allure de routeur, leur faisait signe de se dépêcher de monter. Ces jambes se mirent à trembler et Yael se sentit bien plus lourds qu’à son habitude. Il ne se sentait pas la puissance de mettre un pied devant l’autre et pour tout vous dire, même une boule de massage vibrante sautait moins que lui.

Il chercha d’un air inquiet le regard de son amie et demanda d’une voix peut rassuré :


"T’es sur que c’est solide ce truc au fait ? Y a pas déjà eut des accidents là dedans ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heros-school.bbconcept.net/index.htm
Veronica Estwood
Gryffondor ~ 6ème
Gryffondor ~ 6ème
avatar

Féminin
Nombre de messages : 38
Age : 27
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois de pommier, 26 cm, poil de centaure.
Pur // moldu // mêlé : Mêlé
Date d'inscription : 14/12/2007

°Infos Pratiques°
Rang: Aucun
Humeur: Idiot Idiot
Relations:

MessageSujet: Re: Un paradis sur terre   Lun 24 Déc - 18:14

En réalité la queue était plus longue qu’elle en avait l’air, pour être franche elle n’en voyait pas le bout tout comme son compagnon de sortie qui, à son air agité devait trépigner l’impatience. Ils essayaient de voir à combien de mettre finissait la file en se issant sur la pointe des pieds, sans résultats, ce qui était un peu normal car aucun d’entre eux n’était vraiment de taille exceptionnellement grande, bien que Véronica le dépassait de quelques petits centimètres elle n’y voyait guerre plus que lui.
Il l’interrogea sur la taille de cette file les années précédentes, elle n’y avait jamais vraiment fait attention, pour Véronica tout passait à une vitesse surprenante, il était rare qu’elle s’ennuie. Elle était toujours en train de bavarder avec ses amis, de glousser ou bien encore de penser aux nombreuses choses qui leurs était possible de faire. Mais ce qu’elle adorait par dessus tout, c’était observer les gens qui les entouraient. Tous étaient différents, certains était petits d’autre grands, corpulents, maigrichons, rabougris ou bien la tête haute. Tous avaient une particularité et elle adorait les regarder, mais en y réfléchissant bien elle se rappela que l’attente était toujours un peu longue.


- Je ne sais pas vraiment, je pense que c’est normal d’attendre un peut. On à toute la journée de tout façon.

Elle lui dit ses mots sur le ton enjoué qu’elle utilisait si souvent, on lui avait dit qu’elle arrivait souvent à donner un peut plus de joie de vivre à chaque personne juste en leur parlant. Mais elle n’y croyait pas vraiment, il fallait vraiment faire très attention aux autres pour avoir cette capacité. Véronica aimait rendre services et voir ses amis heureux mais elle n’était pas généreuse au point d’enchanter tout le monde, elle avait déjà bien assez de travail avec elle même. Le vide qu’avait laissé son père n’a jamais été rebouché, elle avait beau avoir beaucoup d’amis, elle avait beau être apprécier d’un grand nombre de personne ça ne suffisait pas. Tout ce qu’elle espérait se serait qu’un jour quelqu’un puisse comblé se manque et la rendre véritablement heureuse.

Mais pour l’instant elle devait penser à autre chose, et surtout faire plus attention à Yael, qui abordait un air beaucoup moins enjoué qu’au paravent. Ils étaient maintenant à la fin de la file, quasiment près à monter dans une nacelle et il lui demandait si il n’y avait jamais eu d’accident. Bien sur que non il n’y avait jamais eu d’accident, elle ne était aussi certaine qu’elle s’appelait Véronica, déjà que les grandes roues moldus était très sécurisées alors les roues magiques devaient être incassables. Elle ne comprenait pas vraiment le brusque changement de Yael, que lui arrivait-il, lui qui était si enjoué quelques minutes plus tôt. C’est alors qu’elle compris, il avait déjà évoqué le fait qu’il avait le vertige lors d’une de leurs conversations, elle en avait même été surprise car, sur son balais il avait l’air totalement à l’aise il ne semblais pas du tout avoir la peur du vide. La sensation de vertige était vraiment inexplicable, pour Véronica comme pour tout le monde, sorciers ou moldus.

Elle voulait lui proposer de faire demi-tour mais c’était trop tard, l’armoire à glace qui servait de placeur les avait déjà poussé sans aucune délicatesse dans la nacelle bleue.
Elle essaya de rassurer Yael de son mieux :


- Ne t’inquiète pas, il n’y à jamais eu d’accident et il n’y en aura pas avant que la roue est une bonne cinquantaine d ‘année. Je sais que ça va être dure pour toi, mais essaye de penser à autre chose. Dit toi que quand tu verra la vue qu’il y à de la haut tu oublieras complètement ta peur, c’est tellement beau. Dis toi qu’on vole et pas qu’on est suspendu dans le vide.

Elle savait très bien que ses arguments ne le rassuraient pas beaucoup mais elle ne savait pas comment l’aider, elle ne savait même pas quelle était la sensation de vertige. Elle ne voulait pas que sa peur prenne le dessus sur son envie de voir le village, la journée avait si bien commencé, elle ne voulait pas qu’elle soit gâchée par la peur du vide de Yael. Bien qu’elle savait que c’était une peur presque irrémédiable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael Killith
Serdaigle ~ 5ème
Serdaigle ~ 5ème
avatar

Masculin
Nombre de messages : 169
Age : 30
Maison : ~Serdaigle~
Baguette Magique : 33cm, Bois d'if et corne de licorne
Pur // moldu // mêlé : Pur
Date d'inscription : 11/12/2007

°Infos Pratiques°
Rang: Quidditch - Attrapeur
Humeur: Sarcastique Sarcastique
Relations:

MessageSujet: Re: Un paradis sur terre   Jeu 27 Déc - 3:21

L’idée de faire demi tour commençait à devenir très appréciable. Bien que cela aurait pu paraître très lâche, et surtout très stupide après une bonne demi heure d’attente, Yael l’envisageait très librement. Si Veronica lui avait proposé, il aurait sans doute accepté dans la seconde qui suivait sans nullement se soucier des remarques et rires des autres personnes qui était dans la file d’attente. Oui, il avait peur ! Oui, il avait le vertige ! Oui, il imaginerait n’importe quel prétexte pour ne pas monter dans cette nacelle bleue qui semblait être un aller direct pour le paradis… Et alors ? Il était comme ça, à fuir devant les problèmes et puis quoi après ? Quelle réaction plus normale que celle de courir face au danger ? N’importe qui d’autre aurait fait pareil à sa place non ? Personne n’aimait avoir peur et bien que l’on dise que c’est cela qui nous faisait nous sentir vivant, Yael se trouvait en très bonne santé sans tout ce remue-ménage pour le cœur et l’esprit.

Les paroles de son amie lui firent du bien à entendre mais ne le calma pas pour autant… Peut etre ni avait il réellement eut aucun indicent par le passé mais il fallait bien une première fois… Et sûrement fallait il que cette première fois tombe sur lui ! Pourquoi serais-ce autrement ? Yael avait toujours de la chance pour se genre de chose, dès qu’il fallait qu’il y ait un accident, c’était pour sa pomme, à croire qu’il les attirait… Sur ce cou là, il ne se ferait pas avoir, il était bien décidé à faire demi tour et à rentrer au chaud, bien à l’abris à poudlard, c’était sur, il était bien mieux et plus en sécurité là bas !

Seulement, lorsque ces jambes furent à nouveau prêtent à partir loin de cette roue de l’enfer, il se rendit compte qu’il était déjà assis dans la nacelle. Sans qu’il le réalise vraiment, le forain l’avait poussé d’un geste légèrement brutal et violent à l’intérieur de cette boule bleue qui était la source de sa hantise. Doucement, sa respiration commença à s’accélérer, l’air semblait lourd et il avait de nombreuses difficultés à respirer. Il sentait son cœur tonner de plus en plus fort, les battements de plus en plus proches, de plus en plus rapides… Il croyait que bientôt, son cœur allait bondir de sa poitrine pour prendre ses jambes à son cou. Dans un fracas digne des portes de l’enfer, la nacelle fit un petit saut en avant et Yael en fit de même sur son siège. Dans une lenteur incroyable qui sembla pourtant d’une vitesse phénoménale au Serdaigle. La nacelle distança le sol de deux mètres environ avant de s’arrêter une première fois, sans aucun doute pour laisser monter les passages de la suivante… Deux mètres, ce n’était pas la mort après tout… Il était encore temps de sauter mais là, Yael aurait vraiment eut l’air ridicule… Il voyait déjà les gros titres dans le Hibou déchaîné de Poudlard : Un serdaigle préfère la chute plutôt que l’envole… C’était sur, ce serait une mauvaise blague dans le genre, sans aucun doute… Mais bon, sur ce coup là, mieux valait rester réaliste et regarder le sujet de sa peur droit dans les yeux… Enfin droit dans les yeux était un bien grand mot puisque Yael avait les siens fermés avec ses mains par-dessus au cas ou il reste un petit trou dans la paupière qui lui permettrait de voir ce qui se passe autour…

Une nouvelle fois, la boite à sardine dans lequel ils étaient enfermés repris sa terrible accensions et une nouvelle fois encore, la machine se stoppa au bout de quelques mètres parcourus… C’est petit aller on y va et puis finalement non était une véritable torture pour Yael. Quitte à partir, autant le faire d’un bon coup franc et pas en commençant puis en s’arrêtant toutes les deux secondes. Enfin, la troisième fois fut la bonne. La machine partie dans tout son élan et n’arrêta pas sa course effrénée vers le sommet. Pour Yael, le premier tour se passa dans le noir le plus complet de ses mains. Lors du deuxième, une idée totalement stupide et inconsciente traversa la tête de Yael et dans son extrême immaturité, il l’écouta. Lentement, ces mains se dégagèrent de son visage, libérant peu à peu leur étreinte et doucement, ces yeux s’ouvrirent peu à peu. Il lui fallu quelques secondes pour s’habituer aux lumières mais ne regretta en rien le spectacle. Pré au lard s’étendait sous ces pieds et les lumières de la ville éclairaient brillamment le ciel qui étincelait de mille feux. La vue était tout bonnement superbe et Yael en vint presque à regretter d’avoir perdu un tour de roue à garder les yeux clos.


"C’est magnifique…"

C’était donc cela que l’on appelait la magie de Noël…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heros-school.bbconcept.net/index.htm
Veronica Estwood
Gryffondor ~ 6ème
Gryffondor ~ 6ème
avatar

Féminin
Nombre de messages : 38
Age : 27
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois de pommier, 26 cm, poil de centaure.
Pur // moldu // mêlé : Mêlé
Date d'inscription : 14/12/2007

°Infos Pratiques°
Rang: Aucun
Humeur: Idiot Idiot
Relations:

MessageSujet: Re: Un paradis sur terre   Ven 28 Déc - 22:45

En face d’eux il y avait un couple de septièmes années, une grande blonde aux longs cheveux ondulés qui n’avait pas de maquillage sur le visage mais un visage sous le maquillage, et un gars brun encore plus grand avec au dessus de ses yeux gris d’énormes sourcils broussailleux qui lui donnait un air très sévère. Véronica connaissait la fille de vue et savait qu’elle était à Serpentard, elle avait une réputation de fille facile pour être polie, et elle avait trouvé une nouvelle victime. Tout deux s’embrassait comme si leur vie en dépendait, ce qui gênait légèrement la Gryffondor. Elle ne savait jamais comment réagir dans ce genre de situation, fallait-il parler comme si ne rien était ou bien devait-elle rester là sans bouger, sans faire de bruit pour ne pas briser le silence de mort qui régnait ? A ce moment là la première solution était impossible, Yael était comme pétrifié de peur, il ne semblais apte à aucune discutions et elle savait bien qu’essayer de le rassurer ne changerait rien, voir même ferait empirer sa situation. Mais ils ne pouvaient plus revenir en arrière, Yael était condamné de subir quelques tours de roue. Fatalement Véronica dût opter pour la deuxième solution, elle devait fixer bizarrement le couple car la blonde à l’écharpe aux couleurs sa Serpentard « l’agressa ».

- T’as rien d’autre à faire que de nous fixer comme ça, t’as jamais embrasser personne où quoi ? T’as jamais vu des gens s’embrasser peut être ?

Véronica jeta un coup d’œil à son ami, il ne semblait ne rien avoir entendu et ne lui serait d’aucun recours. Elle ouvra la bouche puis la referma sans rien dire. Elle aurait pût rétorquer autre chose à la peste qui était devant eux mais elle ne voulait pas d’embrouilles. Elle préféra faire comme si ne rien était et regarder le paysage qui s’offrait à eux, de toute façon, les deux tourtereaux avaient déjà recommencé leurs acrobaties buccales.
C’était vraiment magnifique, la neige sur les toits des petits maison du villages, le grand nombre de sorciers qui déambulaient dans les rues semblables a de petites fourmis, les illuminations de noël… c’était magnifique, magique et elle ne s’en lassait jamais.
« C’est vraiment trop beau »
Murmura-elle pour elle même, elle ne pouvait décroché le regard de toute cette agitation, de ces lumières, de ses couleurs.

Quand ils étaient au plus haut de la roue, quand le paysage était le plus beau Véronica pensa de nouveau a Yael et elle essaya une nouvelle fois de le convaincre de regarder le paysage, il ratait quelque chose de vraiment incroyable, il devait regarder, autrement il ne remonterait plus dans une roue avant longtemps et ne pourra plus revoir ce qui s’offrait à lui a cet instant. Mais rien n’y faisait, il ne voulait pas et restait les main devant les yeux, il avait l’air vraiment ridicule mais elle comprenait qu’il ne pouvait rien y faire, et elle non plus. Il ne vaincrait sa peur que quand il l’aura décidé. Et il décida, Lors du deuxième tour il ouvrit enfin les yeux, ils s’illuminèrent, pétillaient, comme quand ils était dans les rues du village. Il avait vu et il n’allait pas le regretter, il s’en souviendra sûrement très longtemps car il était difficile de trouver plus beau. Elle était si heureuse, heureuse pour lui…

- Tu vois, tu ne regrettes pas en fin de compte, j’ai bien fait de t’obliger un peu non ?

Elle lui dit ça sur un ton amusé, elle ajouta :

- Après on ira faire un tour aux trois ballais si tu veut, c’est toujours sympa quand il y a plein de monde, et leurs bierreaubeurres sont vraiment excellentes !

Mais ils avait encore le temps, bien assez de temps pour admirer la ville de là haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael Killith
Serdaigle ~ 5ème
Serdaigle ~ 5ème
avatar

Masculin
Nombre de messages : 169
Age : 30
Maison : ~Serdaigle~
Baguette Magique : 33cm, Bois d'if et corne de licorne
Pur // moldu // mêlé : Pur
Date d'inscription : 11/12/2007

°Infos Pratiques°
Rang: Quidditch - Attrapeur
Humeur: Sarcastique Sarcastique
Relations:

MessageSujet: Re: Un paradis sur terre   Dim 30 Déc - 1:21

Non, il ne regrettait vraiment pas d’être là. Il en venait presque à se demander pourquoi il avait bataillé toute la journée pour ne pas venir ici. Franchement, maintenant qu’il était là, il se sentait c*n d’avoir tant refusé l’invitation de son Veronica jusque là. Elle avait vraiment bien fait d’insister tant et il était heureux d’avoir une amie comme elle. Même s’il était tout totalement différent, Veronica était le genre de personne qui essayer de le pousser en avant et de le rendre mieux dans sa tête et dans son corps. Jamais il ne pourrait la remercier comme il se doit pour tout ce qu’elle faisait pour lui et il espérait pouvoir un jour lui rendre le pareil même s’il doutait être d’une quelconque utilité pour elle. En tout cas, une chose était sure, si elle avait besoin de lui pour quoi que se soit, il serait la pour elle, quoi qu’il arrive par la suite.

« Merci… »

Ce simple mot sorti doucement de sa bouche d’une façon peu naturel. On aurait presque dit que ce n’était pas lui qui avait parlé puisqu’il était toujours les yeux rivés vers le village de Pré au lard. Il avait dit cela d’une voix tellement douce et faible qu’il n’était pas sur que Veronica avait entendue et encore moins, qu’elle avait compris que c’était lui qui parlait et que ce message lui était adressé. Yael n’était pas le genre de personne qui disait souvent merci. Il faut dire qu’il n’était pas vraiment habitué à ce qu’on cherche à l’aider et lorsque c’était le cas, il refusait souvent poliment l’offre qu’on lui proposait. Yael était le genre de personne qui n’aimait pas vraiment compter sur les autres. C’était un solitaire qui ne jurait que par lui-même. Pas qu’il soit égoïste, non, bien loin de là, mais il avait tellement peur d’être trahi et abandonner qu’il ne préférait créer aucun lien avec qui que se soit. Cependant, la nature humaine et surtout la sienne avait fait qu’il avait créé un attachement tout particulier à la personne qu’était Veronica et jamais auparavant il n’avait su montrer à quel point il tenait à elle. Certes, c’était de l’amour, mais un amour purement amical. Jamais il ne pourrait se passer d’elle. Elle avait tant fait pour lui… Jamais il ne trouverait amie plus fidèle qu’elle et à vrai dire, il cherchait les mots pour exprimait ce qu’il ressentait et qu’il n’avait jamais dit auparavant mais rien de vint. C’était terrible. Un vide total, le grand blanc, comme si Yael n’avait jamais connu aucun mot de la langue française. Des mots étranges lui vinrent en tête tel cucurbitacée ou encore bistouris rien en rapport avec le sujet qui l’intéressait actuellement.

Soudainement, alors qu’il sembla avoir enfin une illumination, un événement inattendu vint troubler son esprit. La nacelle s’arrêta brusquement dans un fracas digne des tambours de l’enfer. Au départ, il croyait qu’elle s’était arrêter pour les faire descendre mais il se rendit rapidement compte qu’il était toujours suspendu au dessus du vide, ayant complètement oublié son vertige. Il regarda en bas mais là surprise, aucune nacelle n’était amarrée au point d’attachement et donc, personne ne descendait du manège. Dans un calme qui lui était inhabituel, Yael regarda sa compagne et lui demande intrigué :


« C’est normal ça ? »

Avec toute cette agitation et ces pensées, il n'avait même pas remarquer que sa compagne avait eut un léger accro avec un serpentarde quelques minutes auparavant et n'avait pas fait non plus attention à la remarque sur les trois balais. Et pourtant, dieu sait qu'il avait envie d'aller là bas. Une bonne bierraubeure bien chaude... L'idée lui semblait très enrichissante rien que pour sa culture personnelle!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heros-school.bbconcept.net/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un paradis sur terre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un paradis sur terre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Libre] Le paradis sur terre !
» Paradis sur terre - Hawai - Dean & Haley
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» tremblement de terre haiti
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
::Riddikulus Hogwarts:: ::  :: ~ Archive ~ :: ~ Vacances Noël-
Sauter vers: