::Riddikulus Hogwarts::


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Serre-moi encore, Serre-moi, jusqu'à étouffer de toi. (PV)

Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin O'Campell
Serpentard ~ 7ème
Serpentard ~ 7ème
avatar

Masculin
Nombre de messages : 10
Age : 28
Date d'inscription : 22/12/2007

°Infos Pratiques°
Rang:
Humeur: Calin!! Calin!!
Relations:

MessageSujet: Serre-moi encore, Serre-moi, jusqu'à étouffer de toi. (PV)   Dim 23 Déc - 22:40

    Son cache oreilles avait retrouvé sa place dans la touffe de cheveux blancs, et c'est avec un sourire que Benjamin sortit du dortoir des Serpentards. Depuis qu'il l'avait reçu, environ 1 ans plus tôt, il ne se lassait pas de l'exhiber ! La couleur gris bleu lui allait bien au teint, paraissait-il. Et puis, son manteau était pareil. Quoiqu'il en soit, Ben l'adorait, surtout qu'il avait souvent froid aux oreilles, en temps normal. Une écharpe de la même couleur s'était miraculeusement enroulée autour de son cou, et deux gants noirs cachaient ses mains pâles. On aurait pensé qu'il allait skier, si on avait pas remarqué qu'il ne portait que ses simples converses vertes.
    Avec un énorme sourire, il prit la directionde la sortie. Ses cheveux se balançaient au rythme de sa marche rapide, et ses yeux complétement bleu balayaient les alentours à une vitesse affolante. Cependant, il ne croisa presque personne dans les couloirs. Après tout, un samedi à 8h, il était normal que tout le monde dorme. Oui, sans doute. Benjamin en avait-il marre de la normalité ? Venant de lui, cela aurait été étrange.

    Le jeune homme déboucha à l'air libre en poussant un cri de victoire ! Tout son corps fourmillait d'impatience et cela se voyait ! Il balançait ses bras avec énergie, son pas était rythmé et fluide et ses yeux pétiaillaient. Sans se soucier ni plus ni moins du paysage absolument magnifique, il prit la direction de Pré-au-lard.

    Une fois l'entrée du village en vue, il du se retenir de courir. Cependant, il n'y parvient pas longtemps, car il finit par partir comme une flèche en direction de.. la patinoire ! Mais... Il n'avait pas de patin ?!
    Un cri retentit un peu au-dessus de sa tête, annonçant l'arrivée de Bloom, son corbeau. Ben ne s'en soucia pas le moins du monde, continuant sa course folle vers l'étendue gelée qui lui faisait des clins d'oeil. Cela faisait des années qu'il n'avait pas patiné, il ne se rapellait même pas y être allé avec ses parents adoptifs, ce qu'il voulait dire qu'il y avait été avec l'orphelinat. Un bout de temps en arrière... Il avait choisi de ne pas trop y réfléchir, car lorsqu'il avait vu l'annonce à propos de la patinoire, il n'avait eu qu'une envie; y aller la seconde qui suivait ! Et c'est ce qu'il avait fait. Enfin, non pas la seconde mais le lendemain...

    Soudainement, la patinoire fut devant lui. Il se pinça violemment les lèvres pour s'empêcher de hurler de joie et plongea la main dans la poche de son manteau, pour en ressortir une paire de patin flambant neuf ! Ils étaient beau, blanc, aérodynamique et solide ! La poche, quant à elle, avait été trafiquée dès sa deuxième année à Poudlard pour contenir un maximum de choses.
    En deux temps trois mouvements, Ben avait enfilé les patins, rangé ses converses dans son manteau, remit correctement ses gants et... s'était élancé.

    Les premières secondes le prirent de cours. Il se sentit soudain glisser, glisser, sans rien maitriser, et manqua de s'évanouir de... d'allégresse ! Soudain tout lui parut bien plus beau. En un rien de temps, ses jambes se plièrent, ses pieds s'adaptèrent et un sourire immense fendit son visage. Son pressentiment ne l'avait pas trompé: il avait beaucoup patiné plus petit et était doué. Cette manie qu'il avait de soudain découvrir des choses sur lui-même qu'il ignorait l'énervait. Mais ce fait là ne pouvait être que bon; il s'était trouvé un nouvel hobby !


HJ: J'suis désolée, c'est nul, mais j'ai pas beaucoup de temps et je veux pas te faire attendre perpet'. J'espère que ça t'ira quand même =(
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monika Vidisha
Gryffondor ~ 7ème
Gryffondor ~ 7ème
avatar

Féminin
Nombre de messages : 203
Age : 27
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : 31.2 cm,souple aux reflets verts.Bois de bambou,plume de Focifère et poudre de corne de GrapCorne.
Pur // moldu // mêlé : Sang Pur
Date d'inscription : 28/03/2007

°Infos Pratiques°
Rang: Journaliste du Hibou Déchaîné
Humeur: Lunatique Lunatique
Relations:

MessageSujet: Re: Serre-moi encore, Serre-moi, jusqu'à étouffer de toi. (PV)   Mar 25 Déc - 14:12

[ Mais non voyons, ça me va parfaitement voyons ! C'est parfait duck ]

C'est vrai qu'en période de vacances, à 8h00 du matin, il n'y avait personne. Oh, certes, il y avait bien quelques rebelles qui dérobaient à la règle : tandis que des cheveux blancs s'élançaient joyeusement sur la patinoire, des cheveux auburn s'ennuyaient sur un banc du Pré-au-Lard.

Emmitouflée dans une doudoune beige avec les bottes fourrées assorties, Monika portait un jean marron délavé. Derrière les rondeurs de son manteau, il y avait un col-roulé crème et en dessous encore, un simple T-shirt à manches longues. Un bonnet beige à pompon était vissé sur sa tête tandis que ses doigts, gantés de laine, s'entrecroisaient sur ses genoux. Elle avait les jambes croisées, le bout du nez légèrement rouge. Assise à la bordure du village, la demoiselle regardait la plaine blanche qui s'étalait devant elle, joliment parsemée de quelques arbres enneigés. Cette contemplation était loin d'être romantique. Si elle était ici, c'est que Monika n'avait rien d'autre à faire.

Il était de notoriété publique que les réveils de Mademoiselle Vidisha étaient aussi lunatiques que les humeurs de leur maîtresse. On ne savait jamais à quelle heure la jeune lionne allait se réveiller. Farceur, le destin se faisait toujours un grand plaisir de les ajuster à la situation. Si elle avait un rendez-vous matinal, elle avait toutes les chances de se lever deux heures après et si elle rêvait d'une bonne grasse matinée, elle risquait de s'éveiller en pleine nuit, tout en sachant qu'une fois sortie du sommeil, elle n'arrivait plus à se rendormir.

C'était, comme vous pouvez le deviner, ce qui c'était passé ce jour-ci.

Après avoir fait perdurer son petit déjeuner, s'être longuement habillée et maquillée, la demoiselle avait décidé de sortir, histoire de se changer les idées. Problème : tous les magasins étaient fermés, et en plus, il faisait excessivement froid. Pourtant, elle ne se résolu pas à rentrer, trouvant la neige plus agréable que la tiédeur du château. C'est ainsi qu'elle s'asseye sur ce banc verglacé, regardant sans voir le paysage. Elle réfléchissait. Après de longues minutes de réflexion, l'idée lui vint. Paf, d'un seul coup, sans crier gare ; la patinoire. Oh certes, elle devait certainement être fermée. Mais Monika pouvait toujours forcer la porte. Et s'il y avait un gardien ? Ben...ça mettrait un peu de piment. Au moins, elle ne resterait pas plantée ici à devenir une glace au chocolat.

En deux trois mouvements, la voilà partie. Elle y était déjà allée deux fois depuis le début des vacances. Elle n'excellait pas le moins du monde, mais elle trouvait ça amusant (tant qu'elle ne se cassait pas la figure trop souvent). Elle n'avait pas de patins sur elle, mais elle n'avait qu'à en emprunter dans l'arrière-boutique. Hey ! Ce n'était pas du vol. Tant qu'elle ne cassait rien et qu'elle les remettait à leur place...

S'imaginant toute une vague d'excuses en cas où elle serait prise en flagrant délit, elle fut extrêmement surprise de voir la patinoire ouverte. La jeune fille entra, regardant aux alentours. Il n'y avait personne, mais les lumières étaient allumées. Les propriétaires la laissaient-ils continuellement accessible ? Ou peut-être étaient-ils là, à surveiller...Mais le grand silence de l'endroit, qui était en journée si bruyant, avait quelque chose de bizarre. Bah ! De toute façon, Monika ne craignait rien. Sans plus de préoccupations, Monika alla se servir, prenant des patins beiges (il fallait tout de même que tout soit accordé ! ) et rangea soigneusement ses bottes. Puis, elle s'avança vers la nappe givrée et aperçut un garçon qui patinait joyeusement dessus. Il ne l'avait apparemment pas vu.


Elle plissa les yeux, l'examinant. En voyant ses cheveux blancs, elle devina presque immédiatement. C'était un élève de Poudlard. Elle l'avait déjà vu de nombreuses fois en cours et était persuadée de le connaître depuis sa première année. Elle avait déjà dû lui parler. Sans être de grands amis, ils n'étaient pas hostiles...du moins, il lui semblait. Comment s'appelait-il, déjà ?


« Euh...Hey, toi !...euh..Ben...oui, Benjamin ! » s'écria la jeune fille en lui adressant un signe de main, espérant que ses caches-oreilles ne le rendaient pas complètement sourd.

Elle s'était accoudée à la rambarde, au bord d'une ouverture. Encore en chaussettes, elle vit que le garçon se débrouillait plutôt bien. Elle, elle n'était pas plus mauvaise qu'une autre, mais son orgueil ne pouvait s'empêcher de s'irriter dès que quelqu'un la surpassait dans une de ses activités. Elle poussa un petit soupir, gardant un sourire aimable. Restons agréable ! Le garçon pouvait être très plaisant. Si elle avait un peu de compagnie, ça ne serait pas plus mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noctalu.positifforum.com/index.htm
 
Serre-moi encore, Serre-moi, jusqu'à étouffer de toi. (PV)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» serre moi, jusqu'à étouffer de toi ~ julian
» Gestion de l'eau : le service public serre les poings
» Hé! Pousse-toi de mon territoire toi! [PV Serre d'Aigle]
» [Don]La serre a baie
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
::Riddikulus Hogwarts:: ::  :: ~ Archive ~ :: ~ Vacances Noël-
Sauter vers: