::Riddikulus Hogwarts::


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ambroisie McFarrel.

Aller en bas 
AuteurMessage
Ambroisi
Invité



MessageSujet: Ambroisie McFarrel.   Lun 28 Mai - 16:02

{Qui aime se découvre un peu cannibale. Claude Roy}

[Se trouve ici une petite caricature de l’être humain,
qui une fois qu’il est cuit,
peut aller prendre un bain !]


Revenir en haut Aller en bas
Ambroisi
Invité



MessageSujet: Re: Ambroisie McFarrel.   Lun 28 Mai - 16:02

Revenir en haut Aller en bas
Ambroisi
Invité



MessageSujet: Re: Ambroisie McFarrel.   Lun 28 Mai - 16:03

Revenir en haut Aller en bas
Ambroisi
Invité



MessageSujet: Re: Ambroisie McFarrel.   Lun 28 Mai - 16:03

Revenir en haut Aller en bas
Ambroisi
Invité



MessageSujet: Re: Ambroisie McFarrel.   Lun 28 Mai - 16:04

Crédits :
-Le mythe du cannibale :
Little Helpers.

-Le cannibale masculin :
Kurhaas portrait.

-Le cannibale féminin :
Source inconnue (avatar attrapé au grès de mes déambulations internet).

-Le rejeton cannibale :
A girl.
(Père Noël de source inconnue)

-Un cannibale à Poudlard ! :
Otros tiempos.

-Avatar :
Red haired girl.

-Signature :
Immram.
Revenir en haut Aller en bas
Ambroisi
Invité



MessageSujet: Re: Ambroisie McFarrel.   Lun 28 Mai - 16:06

Version écrite, pour ordinateurs défaillants : tongue

Le mythe du cannibale.

Etrange paradoxe que celui du cannibalisme. Tout juste conçu, l’embryon n’a de cesse de tenter d’établir un lien avec la mère nourricière, de s’en délecter jusqu’à la moëlle. Une fois éjecté, il ne peut s’empêcher de crier son désespoir et sa frustration à ce tout nouveau monde plein de chair (mais cela, il ne le sait pas encore !). Et voici qu’il mord ses petits compagnons de récré, qu’il leur court après sans pitié, en véritable félin épris d’adrénaline. Il ne lui faut que peu de temps pour comprendre qu’il existe différentes manières d’appréhender la nourriture. Il se lèche les babines, et court chasser « la gueuse », au parfum bien différent des autres ! Tout juste rassasié, il met au monde un autre cannibale, qui prendra allègrement le relais de ses prédécesseurs, dans l’extase la plus complète. Diantre, que le monde est bien fait !

Le cannibale masculin.

Tobias McFarrel avait toujours été considéré comme un cannibale des plus virulents et efficaces. Dès son plus jeune âge, il avait tenté par tous les moyens de s’attirer la sympathie de la plupart de ses collègues, qu’ils soient féminins ou masculins. Oui, Tobias possédait des mœurs pour le moins étrange, d’après le milieu social dans lequel il avait élu domicile, bien malgré lui. Le milieu huppé, où se côtoyaient belles dames en robes de taffetas, et élégants gentlemans affublés de borsalinos. D’ailleurs, il faisait l’unanimité. L’individu était blond, possédait une paire de lunettes des plus attendrissantes, et ne sortait jamais de sa tanière sans un livre, matière même de la connaissance. Il était l’exemple de style et de la manière de faire le style. Bien entendu, il était moldu de son état, et fils d’un richissime propriétaire terrien. On ne fricote pas avec les hérétiques, on guette les bons partis comme des sangsues !


Le cannibale féminin.

Julia Curton, quant à elle, aurait fait horreur à n’importe lequel des collègues du sieur McFarrel. Fille de prolétaires, étudiante en philosophie occidentale, elle était une artiste, dans tout ce que ça impliquait. Grandiloquence, fierté démesurée, et bien entendu aucun talent pour le cannibalisme ! Mais ce que personne ne savait, c’était que la jeune femme avait une ascendance sorcière. Et il ne valait mieux pas que quiconque l’apprenne ! C’aurait été le bûcher à coup sûr, d’autant plus qu’elle était née rousse ! Il suffisait de la croiser dans la rue pour savoir qu’elle n’était pas claire. Oh non, elle ne l’était pas. Les capes faisaient partie de ses accoutrements habituels, au même titre qu’une étrange proéminence dans sa poche, que les plus fins observateurs de ce siècle eurent vite fait de baptiser « instrument du diable ». Que n’ont ils eu l’ingénieuse idée de séquestrer le jeune McFarrel !

Le rejeton cannibale.

Ce qui devait arriver arriva ! McFarrel fut pris d’une intense envie de découvrir autre chose que ses « précieux » amis, et Curton voulu expérimenter l’autre bord de la société britannique. C’est ainsi qu’une soirée pluvieuse et pour le moins maussade d’octobre 1982 scella leur rencontre. Un restaurant du centre de Londres, réputé pour l’équivalent de 4 fourchettes françaises, réunit tous les bords de « l’ethnie anglaise ». Observée de travers et cataloguée avant même de s’être présentée, Julia n’eut pas le courage d’affronter la population, et adressa un regard de profonde incompréhension à l’un des serveurs qui attendait sagement d’être appelé, avant de sortir sous la pluie torrentielle. Là, un jeune cannibale osa lui proposer sa veste de velours, qu’elle accepta sans rechigner. McFarrel avait franchi le pas ! Et c’est ainsi que tout juste quelques mois plus tard, Julia apprit qu’elle portait en elle un autre cannibale, qui n’aurait de cesse de lui en faire voir de toutes les couleurs, par la suite. A cause du tempérament fort qu’il exprima dès son arrivée en ce monde, il reçut le prénom d’Ambroisie, typiquement français, et fort évocateur. Le nourrisson remplit de joie ses parents comme son entourage proche, mais n’eut pas le loisir de côtoyer ses grands parents paternel, fierté oblige. Il ne s’en porterait pas plus mal. Le bien être commun de la famille n’eut pas de mal à déteindre sur lui, et il se transforma très rapidement en une petite peste incernable, dont le premier plaisir fut de hurler jusqu’à pas d’heure, et ce certainement dans l’unique but de tester la patience paternelle. Adorable.
Arrivée à l’âge anthologique de quatre ans, ladite peste intégra en toute logique une école moldue, où elle ferait ses premiers pas de commanderesse, et s’attirerait les semonces de ses maîtres successifs. Elle croirait au Père Noël dévoreur d’enfants, ainsi qu’à la Fée Carabosse, et volerait les tablettes de chocolat cachées dans le placard du haut de la cuisine.

Un cannibale à Poudlard !

Onze ans ! Ambroisie atteint l’âge déterminant très rapidement. Père et mère avaient toujours été persuadés que la lettre cachetée au nom de Poudlard leur serait remise en bonne et due forme (pour ce qui est de Tobias, le soucis de l’hérésie se fit quelques peu sentir tout de même, mais laissons cette phase obscure). C’est donc un matin de septembre qu’Ambroisie déplia ladite lettre, et lut avec hésitation te fébrilité la liste des manuels qu’il lui faudrait acheter sous peu. Jamais l’enfant n’avait été aussi heureuse de faire ses fournitures scolaires. Ainsi, quelques jours plus tard, le chemin de traverse reçut une étrange visite. Celle d’une femme d’âge mûr, aux cheveux aussi rouges que faire ce peut, ainsi que de sa demi portion, tout juste moins rougeoyante qu’elle, et arborant deux fossettes typiquement enfantines. Malgré son tempérament de feu, parfois insolent et ingérable, Ambroisie apprécierait le stage prolongé à Poudlard, du moins était-ce ce qu’elle pensa jusqu’à son arrivée devant le choixpeau magique, à quelques semaines d’intervalle. Sa réputation n’était plus à faire, et l’enfant n’avait qu’une peur, être recalée, ou carrément envoyée à Poufsouffle ! Il ne manquerait plus que ça, se retrouver parmi les fidèles niais ! Il était difficile de demander à une enfant de onze ans, « pourrie gâtée », de raisonner avec maturité.
Heureusement pour elle, Poufsouffle lui fut évitée, et c’est avec soulagement qu’elle intégra l’une des trois autres maisons, qui d’ailleurs lui convenaient toutes trois sans problème !
Cinq ans se sont déroulés depuis ce jour au combien stressant. Ambroisie est passée du stade de petite fille à celui d’adolescente, et sa personnalité détonante s’est développée, peut être même trop ! Il n’est plus rare de la voir seule dans la bibliothèque à étudier, lancer des regards courroucés aux illuminés qui osent faire trop de bruit à son goût, ou simplement se lever et les gratifier de sa verve naturelle, qui aurait tendance à être surdéveloppée. Car Ambroisie a développé un orgueil peu commun, ainsi qu’une irascibilité qui lui colle souvent à la peau. Cependant, comme en chacun des élèves de Poudlard, la jeune fille parvient à se forger un cercle de connaissances à peu près stables. Désormais, il lui reste seulement deux années d’études, et les préoccupations qui ont bouleversé les mentalités de la génération précédente sont bien loin d’elle. Le cannibale est une créature très adaptée à ce type d’environnement, après tout !
Revenir en haut Aller en bas
Travis H
Invité



MessageSujet: Re: Ambroisie McFarrel.   Lun 28 Mai - 16:33

O___________o

Eh bien, je ne sais pas comment réagir face à une telle présentation. :/
Si je comprends bien, ton perso est cannibale ou c'est juste moi qui est con, et qui a mal capté ? Oo
Revenir en haut Aller en bas
Ambroisi
Invité



MessageSujet: Re: Ambroisie McFarrel.   Lun 28 Mai - 16:41

ptdr Là quand même, j'adore.
Non, point de cannibalisme à Poudlard, j'ai usé d'une image. What a Face
(L'Homme dans sa généralité pouvant être assimilé à un cannibale, d'un point de vue typiquement philosophique 🐰)
Revenir en haut Aller en bas
Travis H
Invité



MessageSujet: Re: Ambroisie McFarrel.   Lun 28 Mai - 16:49

Ah ouais ...
Bon je me sens quand meme con, mais je te valide ! lolll

Bienvenu, 5ème année, Serdaigle
Revenir en haut Aller en bas
Ambroisi
Invité



MessageSujet: Re: Ambroisie McFarrel.   Lun 28 Mai - 17:24

Merci master ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ambroisie McFarrel.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ambroisie McFarrel.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cavalcade et carambolage dans les rues d'Ambroisie
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Le coeur d'Ambroisie /RP/
» Coeur d'Ambroisie, Arcanin, femelle. [Libre]
» Qui se nourrit de ciguë prendrait l'ambroisie pour du poison ? Avec Azazel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
::Riddikulus Hogwarts:: ::  :: ~ Archive ~ :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: